Une mère de quatre enfants résidant légalement en France
détenue au Caricole, en attente d'une expulsion vers la Chine 

À quand la fin des arrestations arbitraires et discriminatoires à l’aéroport de Bruxelles national ?
À quand les poursuites contre les pratiques discriminatoires de l'Office des Étrangers et de ses agents ?

Communiqué - 30 janvier 2017

L’aéroport de Bruxelles national est-il devenu une trappe raciste ? On est porté à le croire, face au nombre croissant de personnes qui, bien qu’étant en possession de documents valables (visas ou titres de séjour délivrés par des états membres de l’UE), se font arrêter à leur arrivée ou pendant leur escale, sur la base de soupçons complètement infondés.

Le dernier cas dont nous avons pris connaissance est particulièrement choquant. Une dame  originaire de la République Démocratique du Congo, vivant à Paris  avec une carte de résidente valable jusqu’en 2025, revenait de Chine et voulait prendre à Bruxelles le train pour Paris. Elle est mère de quatre enfants, l'un d'entre eux de nationalité  française et trois nés en France dont des jumeaux d’un an, et comme la maman en possession de cartes de séjour. Cette dame a été  arrêtée à l’aéroport de Bruxelles sous prétexte que son passeport ne serait « pas en ordre ». 

Transférée au Caricole, elle a déjà subi deux tentatives d’expulsion vers la Chine ! La prochaine tentative sera donc exécutée avec escorte policière ce qui signifie sous la contrainte et entravée avec les violences que cela comporte. Les autorités belges, violant le droit belge et international, sont déterminées à utiliser la force pour éloigner illégalement la mère de ses quatre enfants !

Ce dimanche  29 janvier 2017 les enfants ont été amenés par la famille de Paris jusqu’au Caricole rejoindre leur mère dont ils ont grand besoin. On peut imaginer le choc de ces retrouvailles entre les murs d’un centre fermé. Des agents de l'Office des étrangers accompagnés de policiers sont venus prendre les 4 enfants pour les emmener vers le service des tutelles. Service qui se présente en précisant : "Nous sommes rattachés au Service public fédéral Justice afin de garantir notre indépendance par rapport à différentes instances, comme l’Office des Étrangers, rattaché au SPF Intérieur, (...)".

Malgré l’intervention de Bernard De Vos, Délégué général aux droits de l’enfant, l’Office des étrangers se cramponne à sa décision. La maman est restée au Caricole, toujours sous la menace d'un refoulement vers la Chine.

Une famille détruite, une mère en détresse qui devra en plus assurer les frais de cette déportation imbécile, puis se battre à son retour de Chine pour récupérer ses enfants auprès de l'organisme des tutelles, du travail pour les psychiatres en perspective et tout ça pour quoi ? Des agents de l'Office des étrangers un peu trop zélés qui voient partout des affreux étrangers aux passeports forcément falsifiés.

Où s'arrête leur mission de contrôle et où commence le crime, le traitement inhumain et dégradant dont tous les politiques nous rebattent les oreilles à longueur de JT, sans jamais mettre l'Office des étrangers, sa politique et son personnel, le nez dans leurs excès nauséabonds ?

Nous exigeons la libération immédiate de cette dame et le retour de ses enfants auprès d'elle.

Et nous voulons savoir qui est responsable de ces arrestations et détentions illégales. L’aéroport de Bruxelles national est de plus en plus souvent le théâtre d’une discrimination systématique visant des personnes, généralement noires, arabes ou voilées, qui y font escale ou qui voudraient accéder légalement au territoire belge. Nous avons recensé des dizaines de cas et pouvons désormais dire: attention,  passer par Brussels Airport peut coûter cher, très cher. 

Getting the Voice Out - CRER - MRAX - SOS Migrants - CRACPE