Nous avons reçu plusieurs appels de personnes détenues au 127bis et au Caricole. À chaque fois, le même sentiment d'impuissance nous serre la gorge.

Des hommes séparés de leur compagne - la traque des amoureux se poursuit!

Des Afghans.

Des personnes qui vivent en Belgique depuis cinq, dix, quinze ans. Parfois arrêtées au boulot...

Un mineur aussi, dont on prétend qu'il n'en est pas un - des tests osseux le prouveraient... Et ceci malgré les multiples avis d'experts réfutant la validité de ces tests!

Et d'autres histoires encore...

Nous ne parvenons pas à répondre à toutes les demandes de visite, parce que nous ne sommes pas assez nombreux, et parce que dans certains cas nous ne parlons pas la langue de la personne (somali, portugais, arabe).

Si vous pouvez donner un coup de main, contactez-nous: crer.info@gmail.com

Ne laissons pas que l'isolement et la violence de ces centres suffoquent les voix des détenu.e.s!

D'autres nouvelles sur les centres fermés de Belgique sur le site http://www.gettingthevoiceout.org