La Belgique s'apprête à expulser S. vers l'Arménie, pays condamné par le Comité Européen pour la Prévention de la Torture

Nous relayons le communiqué de l'asbl AVANTI: 

"S. est né en 1972 à Etchmiazin (République Socialiste Soviétique). Il est de nationalité arménienne.

Jusqu’en 2007, il a vécu en Arménie. Il y aurait obtenu un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur.

A partir de l’âge de ses 25 ans, il aurait connu 6 hospitalisations en hôpital psychiatrique (Arménie), chaque fois sous la contrainte et amené par la police.Sur base des infos qu’il nous a données, il devait être dans un « état d’exaltation délirante avec des troubles du comportement. Les conditions d’internement et de traitement qu’il a connues devaient, selon ses descriptions, être extrêmement difficiles et traumatisantes ». Voir à ce sujet le rapport du CPT (Comité Européen pour la Prévention de la Torture) sur l’Arménie.

Ces traumatismes répétés expliquent la crainte de S. pour toute aide d’ordre psychiatrique (dont médicamenteuse) ainsi que son refus de retourner dans son pays.

Il arrive sur le sol belge le 24 juin 2007 et séjourne dans un premier temps dans des centres d’accueil FEDASIL. 

De 2010 au 18 décembre 2013 (date de l’Ordre de Quitter le Territoire), il est pris en charge par le CIRE. Il séjournera à Saint-Gilles et à Charleroi. Pendant cette période, il reçoit un permis de travail qui lui sera ensuite retiré.

A Charleroi (lieu où nous l’avons connu), S. suit des cours du soir de Français et de Néerlandais.

En 2011, il débute un programme de formation professionnelle dans le secteur du bâtiment au sein de l’asbl « Quelque Chose à Faire » à Monceau-sur-Sambre. Au vu de ses problèmes comportementaux, il est orienté en janvier 2012 vers notre association AVANTI pour suivre un programme de formation professionnelle en bois et métal. En avril 2012, nous sommes contraints de mettre un terme à son contrat de formation au vu de ses difficultés comportementales d’ordre psychiatrique. S. vient ensuite bénévolement chaque jour à AVANTI pour s’occuper du potager, du poulailler et du jardin.

Depuis le 18 décembre 2013, date de l’Ordre de Quitter le Territoire et de la fin de l’intervention sociale et financière du CIRE, S. a bénéficié de dons privés pour ses frais de vie quotidienne (alimentation, déplacements, vêtements, …) et a continué son bénévolat à AVANTI jusqu’au 30 mars 2014. 

Il a ensuite intégré la Communauté de la Poudrière à Péruwelz jusqu’au 21 août 2014. Il y a vécu en communauté. Le groupe n’a plus pu assumer ses comportements incompréhensibles. S. a ensuite vécu dans la clandestinité mais est revenu chaque jour à AVANTI effectuer ses travaux bénévoles.

Nous estimons que S. n’est pas quelqu’un de dangereux. Au contraire, il crée des liens sociaux positifs et se montrerait plus en défenseur des plus faibles, de l’environnement et de la nature (par exemple : de façon cachée, il nettoie les chemins de halage, de Charleroi).

Il a un sens aigu (parfois décalé) de la justice et de l’injustice. Lorsque S. peut se rendre utile et a des relations sociales stables, son comportement psychiatrique s’en trouve grandement amélioré.

Un retour au pays le mettrait en danger".

L'expulsion est prévue pour demain, probablement sur le vol Brussels Airlines SN2835 de 10h00 à destination de Moscou. S. pourra refuser car c'est la première tentative. Mais sa place n'est pas en centre fermé!

Contact presse: