Communiqué de presse
(Nederlandse versie hieronder)

17/07/2014

Contrairement à ce qui a été publié dans certains médias, les détenus du centre  fermé 127bis n'ont pas été privés de nourriture lors de la rupture du jeûne pendant le Ramadan. Le scandale est ailleurs. Il s'agit d' un scandale permanent, lié à l'existence même de ces centres, où des personnes sont arbitrairement et quotidiennement privées de leur liberté et de leurs droits.

Le scandale, ce sont les médecins du centre qui, au lieu de visiter et soigner les malades, se limitent à leur distribuer des comprimés voire à leur injecter des calmants.

Le scandale, ce sont les personnes qui n'ont pas accès à l'assistance juridique prévue par la loi.

Le scandale, ce sont les arrestations et les expulsions violentes d'hommes et de femmes dont la vie, la famille, le travail sont ci.

Ce scandale n'est pas limité à la Belgique mais est répandu à l'échelle européenne, et dans toute l'Europe la révolte monte.  De Valence à Londres, de Calais à Berlin, de Lampedusa à Athènes. Sans-papiers, réfugiés, activistes, avocats, citoyens solidaires unissent les forces pour dévoiler ce scandale et pour exiger le respect des droits de l'homme que nos gouvernements défendent si bien sur papier.

Nous saluons la résistance de détenu.e.s du 127 bis et relayons leur appel:

“Suite  à la désinformation médiatique des événements du 14/07/2014

Nous tenons à dire:

OUI, on nous a permis de respecter le Ramadan avec des repas à 22h et à 3 heures du matin, des repas avariés comme d'habitude dans le centre!

OUI, nous étions fâchés le 14/07 quand certains d'entre nous n'ont pas reçu leur repas et lorsque 3 d'entre nous ont été mis au cachot parce qu'ils tentaient d'entamer un dialogue avec une directrice.

OUI, nous continuons à lutter contre ces enfermements et nos conditions de vie dans les centres fermés.

OUI, nous sommes victime de ces politiques migratoires belges et européennes comme tant d'autres dans toute l'Europe.

Et OUI nous continuerons à nous battre contre les centres fermés et pour la liberté!“

À l'occasion de ces événements, nous rappelons que comme chaque samedi, de 16h à 17h, le CRACPE organise un rassemblement autour du centre fermé de Vottem pour dénoncer les centres fermés et les expulsions ainsi que la politiquea d'asile et d'immigration belge et européenne. Le but de ce rassemblement est aussi, surtout, d'entrer en contact avec les personnes détenues.

Solidairement,

Getting the Voice Out - CRER - CRACPE

Contacts presse
0489 44 51 56 (FR)
0473 62 87 33 (NL)

Gesloten centrum 127bis: Het echte schandaal

In tegenstelling tot wat werd gepubliceerd in sommige media, werden de gevangenen van het gesloten centrum 127bis niet verstoken van voedsel bij het verbreken van het vasten tijdens Ramadan. Het schandaal ligt elders, het is een  schandaal in verband met het bestaan van deze centra zelf, waar mensen  willekeurig en dagelijks van hun vrijheid en hun rechten beroofd worden.

Het schandaal ligt bij de medische diensten en de artsen van het centrum, die de nodige zorgen niet geven en zich beperken in pillen geven en sedativa te injekteren.

Het schandaal ligt bij het beletten van de toegang tot juridische  bijstand voorzien door de wet.

Het schandaal ligt bij de de gewelddadige arrestaties en deportaties van  mannen en vrouwen van wie  het leven, hun familie,hun werk hier zijn. 

Dit schandaal is niet beperkt tot België, maar is verspreid op het Europees niveau. In heel Europa rijden opstand van Valencia tot in Londen, van Calais tot in Berlijn, van Lampedusa tot in Athene. Ongedocumenteerde vluchtelingen, activisten, advocaten, burgers bundelen hun krachten om dit schandaal bloot te leggen en om respect te eisen voor de mensenrechten.

De woorden van de gedetineerden: 

“JA, Ramadan werd door de directie van het centrum gerespecteerd en we kregen onze maaltijden om 22 uur en 3 uur 's morgens.
 
JA, op 14 juli waren we kwaad toen sommigen van ons niet hun maaltijden kregen en toen 3 van ons werden geplaatst in een isoleercel, omdat ze geprobeerd hadden een dialoog te starten met de directrice van het centrum.
 
JA, we blijven vechten tegen de opsluitingen en tegen onze slechte levensomstandigheden in de gesloten centra.  

JA, we zijn slachtoffers van deze Belgische en Europese migratiebeleid, net als vele anderen in heel Europa.  

En JA, we zullen blijven vechten tegen de gesloten centra en voor de vrijheid!”  

Getting the Voice Out - CRER - CRACPE

Perscontact

0473 62 87 33 (NL)
0489 44 51 56 (FR)