"Une femme enfermée a subi sa quatrième tentative d’expulsion ce 19/11, sans avoir pu prévenir qui que ce soit! Elle a été mise sur l’avion par 12 policiers fédéraux, ligotée et menottée. Elle a été arrêtée dés son arrivée à Kinshasa".

Les expulsions vers la RDC - une autre honte pour la Belgique - se poursuivent. Selon Getting the Voice Out, au moins 17 ressortissants congolais se trouvent actuellement dans le seul centre fermé 127 bis. GTVO appelle au soutien contre l'expulsion imminente de Monsieur B., qui a été mis au cachot sans aucune explication ce 21/11 à 17 heures. Il sera sans doute mis sur le vol de ce vendredi 22/11 à 10h30 vers Kinshasa avec escale à Douala (voir communiqué).

Rappelons que les demandeurs d'asile déboutés sont systématiquement arrêtés et interrogés par l’Agence Nationale du Renseignement à leur retour à Kinshasa. Les personnes expulsées sont emprisonnées et torturées si l’ANR les soupçonne d'être des opposants politiques. Toute puissante au pays, l’ANR dépend directement du Président de la République, n’est soumise à aucun contrôle parlementaire et est fortement critiquée pour son non respect des droits de l’homme.

Dans le rapport "Unsafe return", l'ong britannique Justice First a pu recueillir le témoignage de plusieurs de ces victimes, certaines ayant été expulsées de Belgique. A lire ici:

Unsafe return 1 (2011)

Unsafe returnn 2 (2013)