COMMUNIQUE DE PRESSE

.

CRER – Coordination contre les Rafles, les Expulsions et pour la Régularisation

6 janvier 2009

.

A l’occasion de sa tournée de Noël, la CRER s'est rendue, ce vendredi  2 janvier 2009, au centre ouvert de la Rue des Minimes (Bxl) recevant, depuis peu, demandeurs d’asile et personnes sans domicile fixe. Nous souhaitons vous faire part des conditions d' « accueil » qui sont réservées aux 50 familles (150 pers.) qui s’y trouvent actuellement.

.

photos_109

.

Le centre est une structure gérée par le CASU et investie, dans l’urgence, par FEDASIL qui, on le sait, ne dispose plus d'une capacité suffisante pour exécuter ses obligations d'hébergement. Le constat est choquant sur plusieurs aspects :

.

-         Le bâtiment est insalubre et aurait d’ailleurs dû être détruit.

-         Les personnes sont  entassées dans des pièces vides et exiguës.

-         Le personnel est presque inexistant. Seuls deux travailleurs sociaux se relayent pour assurer l'ensemble des tâches logistiques et matérielles nécessaires à la maintenance du centre et à l’encadrement de ses 150 résidents !!! (accueil, secrétariat, nourriture, sécurité, dispatching dans les autres centres Fedasil…).

-         La nourriture est distribuée de manière aléatoire et en quantité très limitée.

-         Aucun accompagnement social et psychologique n’est organisé.

.

Par ailleurs, nous avons tout spécialement été interpellés par la situation de la famille Darmik. Mardi dernier, ils ont reçu un avis négatif à leur demande d’asile. Depuis lors, et jusqu'à l'enregistrement du recours auquel ils ont droit et qu'ils ont immédiatement introduit, ils ne bénéficient plus de l’aide médicale urgente. Ce « détail de procédure » a des conséquences vitales pour eux puisque l’aide leur est indispensable pour nourrir leur petite fille de 3 mois qui est malade. Celle-ci ne peut prendre que du lait en poudre NUTRILON 1 anti régurgitation, lors de notre visite la famille n’avait plus de lait que pour le jour même !

.

Le « seul » travailleur social présent sur place nous a déclaré avoir essayé de trouver une solution avec ses responsables et même ailleurs sans aucun résultat.

.

Peut-on encore considérer que FEDASIL, dans un pareil cas, honore son devoir  légal auprès des résidents des centres ouverts et des travailleurs sociaux qui font de leur mieux avec ce qu’on veut bien leur octroyer?

.

Au regard de ces faits, nous invitons journalistes, parlementaires et associations à se rendre sur place afin d’observer par eux-mêmes la sévérité des conditions évoquées et l’inertie dont le Ministère de l’Intégration Sociale et son administration FEDASIL font preuve dans l’exécution de ses obligations, à savoir l’accueil et l’assistance des demandeurs d’asile.

Les dissensions au sein de la majorité gouvernementale concernant la circulaire sur l’immigration ne peuvent justifier les souffrances et conditions de vie inhumaines imposées aux milliers de  personnes. Celles-ci se retrouvent victimes d’une loi et une procédure d’asile qui ne fonctionnent pas et attendent la mise en place des accords politiques sur la régularisation déclarée par le gouvernement au mois de mars 2008.

.

Pour plus d'informations ou si vous souhaitez réagir, contactez-nous à l’adresse ou au numéro indiqué ci-dessous.

.

La CRER ,

Mail : Coord100papiers@hotmail.com

Tél : 0477/59.19.45

.

.

photos_108

.

photos_110