RESUME de la semaine / CRER

CRER - Coordination pour la regularisation et la libre circulation

4 août 2007

- Rassemblement ce mercredi et vendredi prochain : nous ne voulons pas d'une nouvelle Semira (appel ci joint à diffuser) - Nous appelons à des rassemblements de la dernière chance pour Fatoumatou. Nous ne pouvons accepter que les violences faites aux femmes ne soient pas reconnues comme ouvrant le droit à l’asile.

- Journée très agitée ce lundi à Zaventem, terminant par la libération de Madame Cajamarca et de sa fille, mais leur avenir en Belgique reste des plus fragile.

- L’aile famille du centre fermé 127 bis, entament une grève de la faim spontanée ( 7 familles avec 11 enfants) ce mardi, se sentant discriminés par la mobilisation pour Angelica par les médias, les politiques, et les associations. Ils ne comprennent pas pourquoi pour Angelica et pas pour eux qui sont dans la même situation. Très vite le lendemain Fouad Lahssini député écolo va discuter avec eux : ils avaient arrêté leur grêve ne voyant aucune solidarité et se rendant compte que certains d’entre eux étaient malade et se mettaient en danger, plus d'info sur : http://www.indymedia.be/en/node/19136

- La maman Selimovic et ses 2 enfants ont été libérés du centre fermé jeudi avec un ordre de quitter le territoire. Originaire du Kosovo, ils sont depuis 11 ans en Belgique !!

Le père et les 3 autres enfants se cachent pour éviter l’enfermement des enfants.

-  Ahmid un Iranien depuis des années en Belgique devait prolonger sa carte de régularisation puisqu’il rentrait dans toutes les conditions. Il reçoit à la commune une carte blanche valable du 23 juillet au 3 août (10 jours !!!!) Suite à cela il perd son travail et ne sait plus que faire.

- Entre jeudi et vendredi une rafle rue Antoine Dansart à Bruxelles : 200 à 300 personnes ont été contrôlés. Les sans papiers ont été amené au commissariat ou on leur a délivré un Ordre de Quitter le Territoire. Nous ne savons pas combien ont reçu cet ordre.

Eveline

CRER 0473 62 87 33 - coordsanspapiersbxl@yahoo.fr

NOUS NE VOULONS PAS D’UNE NOUVELLE SEMIRA

Madame Fatoumata Soumah (OE :5.702.185) a fui un mariage forcé en Guinée-Konakry en 2004.
Elle avait 19 ans. Ses parents, très pauvres,  voulaient la marier à un homme  âgé et riche.

Grâce à l’aide de femmes de son pays elle a réussi à fuir et est arrivée en Belgique. Elle s’est installée à Liège et a fait une demande d’asile.

En 2006, elle  choisit de se marier. Après les contrôles d’usage, le Bourgmestre de Liège la marie  le 13 février 2007 avec un réfugié reconnu en Belgique.

Le premier juin 2007, elle va visiter une amie à Lille, sans sa carte de régularisation qu’elle devait obtenir dans les jours qui suivaient, mais elle avait son carnet de mariage sur elle.

A la frontière, elle se fait arrêter et est enfermée dans un centre de rétention à Lille pendant 7 jours, puis est conduite au centre fermé de Bruges.

L’Office des Etrangers tente de l’expulser une première fois  mais elle refuse. Elle sera transférée au centre fermé 127 bis à Steenokkerzeel

Son avocat  fait une demande de mise en liberté. La Chambre du Conseil de Liège la libère le 27 juin mais aussitôt le Parquet fait appel. Elle passe en Chambre des Mises en accusation le 10 juillet : le juge décide qu’elle doit être expulsée. Elle reste donc au centre fermé.

Le 26 juillet, l’avocat refait une demande de mise en liberté. La Chambre du Conseil reprend la décision de la libérer et le Parquet refait une nouvelle foi appel à cette décision.

Elle repassera en Chambre des Mises en accusation

ce vendredi 10 août à Liège à 9 heures.

Cela sera sa dernière chance !

Le Parquet semble contester son mariage à Liège et lui demande de retourner dans son pays pour aller chercher un visa.

Or, Madame Soumah nous dit qu’elle ne peut retourner en Guinée. Elle y serait battue et enfermée par sa famille, puis mariée de force. Elle nous dit qu’elle refusera son expulsion coûte que coûte et qu’elle préfère mourir ici plutôt que de subir la vie qu’on lui imposerait en Guinée.

Nous rappelons avec insistance que la loi belge interdit tout mariage forcé. Aussi nous considérons en contradiction  avec la loi toute mesure d’expulsion vers un pays où cette pratique est courante, inhumain tout renvoi des femmes qui tentent d’y échapper, connaissant, de plus,  le sort qui les y attend.


La situation des «
Fatoumatou » d’aujourd’hui est identique à celle de Semira Adamu, d’honteuse mémoire, morte assassinée lors d’une sixième tentative d’expulsion, il y aura 9 ans le 23 septembre.

Nous ne pouvons accepter que les violences faites aux femmes ne soient pas reconnues comme ouvrant le droit à l’asile.

Pour  qu’elle puisse continuer à vivre ici avec le mari qu’elle a choisi écrivez à l’Office des Etrangers : Fax : 02 274 66 90   mail : helpdesk.dvzoe@dofi.fgov.be

Si vous connaissez des journalistes, des personnalités politiques etc., envoyez-leur aussi une copie de votre lettre et cet appel.

Reproduisez cet appel sur  papier et distribuez le, affichez-le, envoyez-le par mail à vos amis et connaissances

En outre nous appelons toutes les personnes et associations soucieuses des Droits de l’Homme à être présentes à ces deux rendez-vous pour soutenir notre amie Fatoumata :

RASSEMBLEMENT DEVANT L’OFFICE DES ETRANGERS

A BRUXELLES CE MERCREDI 8 AOUT à 15 h.

Bd Albert 2 1000 Bruxelles

RASSEMBLEMENT DEVANT LE PALAIS DE JUSTICE DE LIEGE

CE VENDREDI 10 AOUT à 8 H 45

Premier signataires:

  • CSPL - Collectif de sans papiers en lutte - Bruxelles
  • CRER - Coordination pour la Regularisation et la libre circulation - Bruxelles
  • CRACPE - Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers - Liège
  • COLFEN - Collectif des femmes en noir contre les expulsions