Notre soutien au réfugiés à Calais

CRER - janvier 2007

Nous étions une bonne dizaine,le dimanche 21/01/2006, venant de Bruxelles (CRER et UDEP BX) et plusieurs associations de Gent à apporter notre soutien au réfugiés et au groupes de soutien à Calais.

Depuis 4 ans lors de la fermeture du centre de Sangate, de nombreux réfugiés continuent à venir à Calais pour essayer de prendre le bateau clandestinement vers l’Angleterre. Ils sont en
permanence 200 à 400 vivants à la belle étoile dans un bois (appelée «  la jungle »), toute nationalité confondue. Ils y restent de 1 semaine à 6 mois, à la recherche du passeur qui accepte de les aider. Ils subissent très régulièrement la répression de la police, avec  arrestations, gazages de leurs abris, tabassages dans leur « jungle ». La police n’hésitent
pas à brûler toutes leurs affaires et de gazer leur camp plusieurs fois par semaine.

Plusieurs associations bénévoles depuis 4 ans se sont organisées pour leur permettre de survivre, leur offrant 2 repas par jour, servis sur le quai du port dans le froid, et des couvertures.

Nous avons participé et donné un coup de main aux distributions des repas le midi et le soir.

Ils étaient ce jour là 200 au repas du soir, une majorité d’adolescents (et beaucoup ne sont pas
arrivés ce soir là au point du repas car la police l’en  empêchait en bloquant plusieurs sorties du bois)

Nous avons été frappés par  la précarité dans lesquelles ils vivent. Ils passent leur temps à
l’extérieur, et doivent faire des kilomètres  tous les jours pour se rendre aux repas offerts par des bénévoles.

Nous avons  été frappés par l’age des ses candidats à l’immigration. Il s’agit actuellement en majorité de jeunes entre 12 ans et 20 ans d’origines afghanes, qui veulent coûte que coûte passer en Angleterre car ils y ont des amis, ou de la famille, qui souvent ont déjà payé le passeur.

En général la majorité finissent par arriver en Angleterre ou ils trouvent très vite un travail pour
rembourser le passeur, puis envoyer de l’argent à leur famille dans leur pays d’origine.

Des adolescents, des enfants, sont envoyés  avec le mandat d’immigrer afin d’assumer la survie des personnes restées au pays.

C’est une forme d’immigration qui nous avait échappé et qui nous interpellent.

Dans le cadre des campagnes contre le travail des enfants et pour la défense des droits de des enfants nous ne comprenons pas que ces faits se passent en France (et  dans d’autres pays d’Europe), au vu de tout le monde (et du maire communiste de Calais) sans que jamais une aide soit apportée pour améliorer les conditions de vie de ces mineurs et pour arrêter les
maltraitances quasi-journalières qu’ils subissent de la part de la police contraire à tout droits
fondamentaux !!!

La souffrance dans des pays en guerre ou dans la misère va jusqu’à envoyé un enfant faire des milliers de kilomètres au risque de sa vie pour faire vivre la famille au pays.

Certains d’entre nous avions envi de prendre avec nous des gamins de 12 ans pour leur permettre de vivre décemment chez nous. Tous ont refusé : ils avaient reçu le mandat d’aller en Angleterre pour y travailler.
L’idée d’avoir des papiers ne leurs traversait pas l’esprit : ils allaient pour travailler, pour nourrir
la famille au pays, dans la clandestinité, aussi longtemps que possible.

Nous pensons  qu’une autre analyse de l’immigration doit être pensée. Les immigrations continueront,  et personnes ne les empêcheront de passer les frontières.
L’origine de ses migrations est connue : la misère, les guerres, les famines.

Il existe d’autres solutions que la répression et des tactiques de découragement pervers, pour aider les candidats migrants.
Les états dépensent des millions d’euros dans les expulsions, la répression, l’aide aux pays ( qu’ils osent appeler aide au développement ) pour empêcher de manière répressive ces émigrations « illégales ».

Ces millions d’euros pourraient aider des millions de famille à vivre décemment, à se procurer des soins médicaux. En dehors des ONG qui travaillent tant bien que mal avec les moyens qu’on leur donne, ils sont rares les politiques en Europe qui essaient de penser autrement l’immigration.

La formule est encore à inventée. Malheureusement notre système néolibérale a fait le choix d’utiliser la répression sans jamais « penser » d’autres alternatives.

CRER Bruxelles


La délegation de solidarité :

Johan, Catholic Worker Gent
Helen, Dominique en Said, Victoria Deluxe
Alex, Vluchtelingen Aktie Komitee
Freddy, Hand in Hand Heirnis
Eveline, CRER Brussel
Toon, Actiekeuken Kokkerellen
Abdel, Tourad, Nadir,  UDEP - de Unie van Mensen
Zonder Papieren

Avec le soutien de :

VictoriaDeluxe, De Protestantse Rabotkerk,
Vluchtelingen Onthaal Sint-Niklaas, vzw Gemeenschap
van de Goede Herder, vzw 't Atelier Wingene, Hand in
Hand Heirnis, Vluchtelingen Aktie Komitee en veel
mensen die ons materiaal schonken.

En remerciant l’ Association Salam : http://www.associationsalam.org/


Soutien aux réfugiés de Calais
johan@catholicworker.be, Financieel op rekening nr. 736-0011516-37, mvv Calais